Skip to main content
Skip to main navigation
Skip to footer

Le CHU de Nantes déploie l’algorithme UGRI

En mai 2015, le CHU de Nantes a déployé le dossier patient unique et partagé Cerner Millennium® sur 2000 lits

Afin de répondre aux exigences du Haut Conseil de Santé Publique, l’équipe de l’UGRI (l’Unité de Gestion du Risque Infectieux dirigée par le Pr Lepelletier, chef de service de Bactériologie - Hygiène Hospitalière et le Dr Céline Bourigault, PH) et l’équipe projet Ulysse CHU/Cerner® ont travaillé en amont du démarrage à l’écriture d’un algorithme informatique de détection et de dépistage des patients porteurs et contact de BHRe.

Un an plus tard, l’ensemble des 190 patients documentés porteurs de BHRe, et 3300 patients considérés comme « contact BHRe » sont identifiés et tracés grâce à la saisie manuelle dans Ulysse/Millennium par les membres de l’UGRI.

L’algorithme UGRI, intégré au dossier patient informatisé, déclenche une série d’alertes en temps réel lors de la réadmission des patients porteurs ou contact BHRe au CHU. Ces alertes sont indispensables car elles :

  • Génèrent un message automatique dans la messagerie de l’UGRI du dossier de la réadmission d’un patient porteur ou contact. Le personnel de l’UGRI contacte directement les équipes soignantes sur le terrain et apporte une expertise pour le suivi et la prise en charge de ces patients à risque,
  • Proposent d’instaurer immédiatement des mesures de prévention (précautions complémentaires de type « contact » avec installation du patient en chambre seule) et ainsi limiter le risque de diffusion épidémique,
  • Et intègrent automatiquement un statut BHRe dans les comptes rendus de sortie ou de transfert.

Depuis l’activation de cet algorithme en juillet 2015,

  • 620 des 3300 patients contacts de BHRe ont été détectés lors de leur réadmission au CHU de Nantes. Ils ont pu bénéficier de mesures de prévention immédiates et d’un dépistage digestif précoce par écouvillonnage pour évaluer leur statut infectieux.
  • 5 de ces patients se sont avéré être porteurs de BHRe et auraient pu participer au développement de 5 foyers épidémiques supplémentaires.

Dans le même temps, tous les patients porteurs de BHRe réhospitalisés au CHU de Nantes bénéficient d’une prise en charge spécifique dès l’admission quel que soit le délai de ré-hospitalisation par rapport à l’acquisition initiale de la souche. Un projet d’informatisation de cohorte et du suivi de cohorte de l’ensemble de ces patients porteurs / contact BHRe est en cours de réalisation au CHU de Nantes.

Des codes diagnostics

Des codes diagnostics dédiés BHRe sont documentés dans le dossier par les médecins pour les patients porteurs de BHRe mais aussi pour les patients « contacts ». L’information dans le bandeau patient de « Précautions complémentaires » est visible par tous les professionnels de santé.

Les infirmières disposent également d’une icône « patient en isolement » dans leur outil de planification des soins.

Il en découle un suivi optimisé de ces patients.

En juillet 2013, le Haut Conseil de Santé Publique recommande, sous la coordination du Pr Didier Lepelletier [1] [2], dans son rapport pour la prévention de la transmission croisée des « Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes » (BHRe), de « garder un historique des patients porteurs de BHRe déjà connus, de pouvoir générer une alerte et de mettre en oeuvre un dépistage de manière adaptée lors de toute ré-hospitalisation». La mise en place d’un SIH (Système d’Information Hospitalier) est reconnue comme un levier important « pour identifier les mouvements des patients connus porteurs et d’identifier les mouvements des patients contacts en cas de situation épidémique ».

[1] Lepelletier D, Berthelot P, Lucet JC, Fournier S, Jarlier V, Grandbastien B and the National Working Group. French recommendations for the prevention of "emerging extensively drug-resistant bacteria" (eXDR) cross-transmission. J Hosp Infect 2015;90:186-195

L’équipe de l’Unité de Gestion du Risque Infectieux du CHU de Nantes

Créée en 1999, l'équipe opérationnelle d'hygiène du CHU de Nantes a mis en place depuis 2008 une nouvelle organisation reflétant son orientation vers la gestion du risque infectieux associé aux soins et la prévention des infections nosocomiales. Depuis, les missions de surveillance et de prévention du risque lié aux soins et à l'environnement se sont structurées au sein de l'unité de gestion du risque infectieux (Ugri), une des quatre unités fonctionnelles du service de Bactériologie-Hygiène Hospitalière (Pr Didier Lepelletier).

Le CHU de Nantes – Chiffres clefs

  • 9 établissements
  • 3 000 lits
  • 12 000 personnes employées
  • 1 million de venues + actes + passages
  • 4 000 naissances
  • 800 publications de recherche
  • 95,9% des patients ont estimé que les soins reçus étaient bons, très bons ou excellents